© 2018 - MARIE DIAS ALVES

  • Lien Facebook
  • Lien Instagram

"Pratiquez et tout viendra"

7/27/2017

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur ce post du Ashtanga Yoga Center of Bangkok (AYBKK) qui explique cette citation de Shri K. Pattabhi Jois : « Pratiquez et tout viendra » (« Practice and all is coming », en anglais).

 

Selon le AYBKK, cette affirmation en comprend quatre différentes :

 

1) Pratiquer régulièrement (6 jours sur 7)

2) Pratiquer une seule méthode

3) Pratiquer avec un professeur qui vous guide

4) Pratiquer avec conscience


En yoga, on distingue plusieurs écoles philosophiques qui incluent chacune plusieurs branches ou « styles ». Résultat, le yoga s’enseigne via de nombreuses méthodes (2). S’il existe plus ou moins de recoupements entre certaines d’entre elles, comme entre les plus traditionnelles dont le Iyengar, le Ashtanga et le Hatha, chacune possède ses spécificités, surtout dans les détails. Le placement et l’alignement en sirsana sera différent selon que vous pratiquerez le Iyengar ou le Ashtanga. Idem pour les techniques de respiration (pranayama).
Pratiquer plusieurs méthodes à la fois peut donc créer de la confusion et surtout de la déstabilisation chez le pratiquant. « Quel placement choisir pour sa pratique quotidienne ? » « Qu'elle est la meilleure méthode ? »


Choisir, ce n’est pas se condamner à suivre aveuglément la méthode du premier style de yoga essayé, bien sûr. Au contraire, explorez les différents yoga qui existent pour trouver celui qui convient à votre corps, à votre philosophie, à votre caractère, à vos envies. Une fois cela fait, essayer de vous y tenir pour en découvrir les différentes strates. Pour laisser au corps et à l’esprit le temps de progresser, d’approfondir la méthode, d’en ressentir les bénéfices. Mais ne vous y trompez pas. Les individus évoluent et, au fil des ans, peut-être souhaiterez-vous changer de méthode (ou pas, hein). Et c’est normal ! Écoutez le corps et le coeur pour en explorer une autre plus adaptée à la personne que vous êtes à l’instant T. Et si vous persister à en pratiquer plus d’une à la fois, revenez faire un tour par ici bientôt. Cela fera l’objet de tout un article !

 

Pour trouver votre méthode, encore faut-il remettre de la conscience dans sa pratique (4). C’est-à-dire ne pas se contenter d’exécuter un procédé en suivant les instructions du professeur. Il faut ressentir les effets des techniques pratiquées en prêtant attention à soi, à ses sensations, à ses gestes, à sa respiration et à la répercussion de tout cela sur le corps et le mental. Ré-insuffler du sens à nos actions, au lieu de s’en tenir à la surface des techniques posturales, de respiration ou de méditation, en plaçant le doigt, le pied ou la main à tel endroit. Sinon, on se contente de jouer à Twister.

 

Le professeur, s’il est plus qu’un instructeur, vous forme comme pratiquant à devenir votre propre guide (3). Mais comment l’être si vous exécutez sans ressentir ? C’est pour ça qu’il faut bouger consciemment. Histoire de s’émanciper petit à petit du professeur et suivre votre chemin vers cette connaissance de soi. Un travail que personne d’autre ne peut faire pour vous. Cela ne signifie pas qu’à partir d’un certain degré de pratique vous ne suivrez plus jamais l’enseignement d’un professeur. Non, au contraire. On ne cesse jamais d’apprendre et il est toujours intéressant de prendre du recul sur soi, de temps en temps, pour étudier d’autres perspectives. 

 

Et bien sûr, la clé de voûte de cet ensemble est une pratique régulière (1). Pratiquer une à deux fois par semaine permet de découvrir le yoga, pas forcément de l’expérimenter ou de le vivre. Le corps et l’esprit sont des alliés maléables et capricieux. Ils peuvent se plier à beaucoup de nos demandes mais ont besoin de discipline pour intégrer/imprimer une expérience, une sensation, un geste, un exercice en le répétant encore et encore…. et encore et encore ;)

J’espère que cet écrit vous aura aidé à comprendre ce que signifie ces hashtags #practicepracticepractice, mais surtout les notions qui se cachent derrière.


Et, justement,
Bonne pratique !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Les yogis d’aujourd’hui, tous fana d’anatomie

13 Sep 2018

Extrait du journal d’un yogi : Les flexions vers l’arrière et moi

22 Jul 2018

1/15
Please reload