© 2019 - MARIE DIAS ALVES

  • Lien Facebook
  • Lien Instagram

Faire du yoga l'hiver, avec plaisir !

12/8/2016

"J'ai le corps raide/engourdi/endormi", "je suis claqué(e)", "il fait trop moche, trop sombre, trop froid". En hiver, toutes les excuses sont bonnes pour éviter de dérouler son tapis. L'envie est peut-être là, enfouie quelque part, mais reste à la concrétiser malgré les basses températures, la météo et les longues nuits qui menacent notre moral et notre forme physique.

 

Il existe des trucs et astuces avec lesquels s'armer pour pratiquer avec le sourire, surtout l'hiver, j'ai commencé à vous en parler dans un post précédent (conseil n°3). 

 

 

*Mettre le paquet côté ambiance

 

Les journées courtes et grises ont un vrai impact sur le moral (et la motivation) de beaucoup de personnes. Pour moi, impossible de pratiquer tant que l'aube ne pointe pas son nez. En hiver, cela signifie donc que je me mets sur mon tapis à 8h. Et vous ? Si vous travaillez dans un bureau avec des horaires bien encadrés, cela signifie peut-être que vous partez au boulot à 7h30 ou 8h, il fait encore nuit. Vous rentrez du votre travail, vers 18h, le soleil est déjà couché. Bref, difficile de pratiquer à la lumière naturelle. Si vous n'avez aucun soucis avec le fait de faire vos asana et pranayama dans le noir, tant mieux. Sinon... mettez le paquet côté ambiance !

 

En hiver, lorsque je dois pratiquer tôt le matin ou dans la soirée, je multiplie (plus que d'habitude) tous les petits détails qui vont associer ma pratique à un moment de bien-être. J'allume encore plus de bougies (à condition que les odeurs ne me gênent pas et en veillant à ne pas brûler l'appartement...), je pose des plaids près du tapis pour me pelotonner dedans pendant savasana (posture de repos finale), je me lave le visage avant ma séance et j'applique dessus des huiles essentielles et végétales aux propriétés énergisantes (patchouli, lemongrass). Et, surtout, j'ai arrangé mes lampes et mes ampoules pour éviter les lumières crues ou directes qui me fatiguent les yeux et dérangent ma concentration. Ces petites attentions me donnent encore davantage envie de pratiquer.

 

*Ne pas lésiner sur l'échauffement

 

Face au froid, le corps doit redoubler d'effort pour maintenir votre corps à bonne température. Les mécanismes physiologiques thermorégulateurs mettent en jeu les systèmes nerveux, endocrinien, cardiaque et respiratoire.
Le corps est plus lent à se réchauffer, à faire circuler le sang, à lubrifier les articulations. Commencer sa pratique des asana sans un échauffement adapté, c'est risquer de se blesser. Traditionnellement, en Ashtanga, les séries d'asana sont précédées de 5 Salutations au soleil A et 5 Salutations au soleil B. Ces séries, dans lesquelles chaque posture est spécifiquement liée à une inspiration ou une expiration, sont un excellent échauffement. Elles activent les muscles, le système nerveux et la concentration. De mon côté, je recommande aussi de les adapter en Vinyasa !

En été, après les cinq de la série A, je constate que mon corps est déjà réveillé. Mes jambes sont droites en uttanasana, sans que cela tire trop sur les tendons (la partie de mon anatomie la plus fragile et la plus difficile à travailler). En hiver, je suis par contre toujours un peu rigide, même après 10 séries A et B. J'ajoute alors une salutation au soleil de chaque. Et, avant même d'y passer, je m'échauffe un peu. Les poignets, les chevilles, le cou, les jambes, les bras... Tout y passe. Je fais tout cela avec un pull sur le dos, des chaussettes, un bas et un t-shirt confortables, douillets et chauds. Je maintiens mon corps bien au chaud. Et je retire les couches en trop lorsque j'entame le reste de ma séquence. 

 

*Inclure plus de backbends et d'inversions dans sa séance

 

Selon B.K.S Iyengar, l'un des maîtres du yoga moderne et fondateur de la méthode Iyengar centrée sur l'alignement, les backbends et les inversions sont idéales pour booster sa pratique en hiver. Ce type de postures (Urdhva dhanurasana, Sirsana, Setubandhasana) éloignent la dépression, élèvent le rythme cardiaque, réchauffent et augmentent l'énergie. Autant de bénéfices pour lutter contre la déprime saisonnière et sortir plus fort de sa pratique, prêt à affronter l'hiver !

 

*Éviter de trop nourrir le corps en graisses et sucres raffinés

 

En hiver, vous le savez, je le sais, nous mangeons plus. Pourquoi ? Entre autres, parce que le corps lutte contre le froid et réclame de l'énergie, du fioul pour maintenir notre température interne à 37°C. Résultat, on en met plus dans l'assiette, on se ressert, on prépare des mets "costaux", peut-être plus gras, des plats dits réconfortants. Des soupes, oui, c'est certain mais aussi des raclettes, des pot-au-feu, de la fondue. Des fromages et des gâteaux, surtout pendant les fêtes : Noël, Nouvel An, Mardi gras. En hiver, on boit aussi des vins chauds, des chocolats chauds, toujours pour se réchauffer. En gros, tout est bon pour lutter contre le froid, la météo et la déprime ! Un dimanche pluvieux, qui nous condamne à rester enfermé chez soi passe mieux avec un gros goûter.

Bref, après un été et un automne où fruits et légumes ont régné dans le frigo, dans les placards et dans les estomacs, le corps se retrouve bombardé de graisses qu'il ne sait pas gérer ni stocker. Les repas sont difficiles à digérer, on se sent lourd, fatigué, migraineux. Faites-vous du bien et lever le pied sur les graisses et le sucre ! 

Je ne vais pas vous faire de cours de nutrition (parce que je ne suis pas nutritionniste... tout simplement), le sujet est trop long à disserter, mais préférez quand même préparer des repas surtout constitués de fruits et de légumes de saison, de riz, de légumineuses, de noix. Le choix est vaste entre les soupes, les smoothies, les salades chaudes ou froides, les chili, etc. Préparer vos repas et éviter d'acheter des produits déjà transformés. Manger lentement et mâcher beaucoup. Vous parviendrez plus vite à satiété et vous digèrerez mieux ! Vous pratiquerez donc le ventre léger et le corps plein de bons nutriments, prêt à attaquer votre séance dans de bonnes conditions.

 

Bonne pratique !

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Les yogis d’aujourd’hui, tous fana d’anatomie

13 Sep 2018

Extrait du journal d’un yogi : Les flexions vers l’arrière et moi

22 Jul 2018

1/15
Please reload